Guide de lecture

Si vous êtes parvenu jusqu'ici, c'est que, curieux ou intrigué, vous avez passé outre les commentaires habituellement délivrés sur mon travail, au hasard des forums et manifestations diverses (noirceur, voire nihilisme, violence, vanité supposée du propos, etc., etc.)

Ceux qui veulent essayer une fois choisissent en général Number Nine, mon premier roman, ou Meddik. Parce qu'ils sont sûrs d'y trouver confirmation de ce qu'ils pensaient a priori de mes livres. Partant, le problème est réglé et ces gens-là n'y reviennent plus. Et cela fait — accessoirement — des vacances à tout le monde.

Pour les autres, sincèrement désireux de jeter un œil mais ne sachant pas par où commencer, voici un guide de lecture de mes romans dans un ordre que j'estime préférentiel:

- lire d'abord Le Temps de Palanquine [S.-F.], puis Drift [S.-F.] ou le diptyque Bankgreen [Fantasy] ou Le Syndrome de l'éléphant ou Les solitudes de l'ours blanc ou Préparer l'enfer (le Série Noire);
- terminer par les six tableaux de ma Tragédie Humaine, plus extrêmes, sachant qu'il n'est pas nécessaire de les découvrir dans l'ordre où je les ai écrits et où ils ont été publiés (ils sont tous indépendants les uns des autres), et que Meddik, par son propos et sa radicalité, est à lire en dernier (si toutefois vous êtes parvenus jusque-là).

Petit aparté: Les nouvelles — réunies en recueils ou publiées en revues, i. e. Bifrost pour l'essentiel — peuvent constituer des portes d'entrée permettant de se familiariser avec mes univers, mais je ne les conseille qu'a posteriori. Je mets en effet beaucoup plus de moi-même dans mes romans que dans les textes courts qui restent accessoires, à mes yeux.

Quelques précisions concernant la Tragédie Humaine:
Si vous avez les moyens financiers suffisants, préférez les livres parus chez mon éditeur Le Bélial', pour le soutenir. Oubliez les éditions initiales des deux premiers romans Number Nine et Archeur; seules les deux rééditions numériques au Bélial sont définitives (revues et corrigées par mes soins) et dignes de foi. Les deux éditions papier et numérique des Trois reliques d'Orvil Fisher sont quant à elles en tous points semblables.

Un rappel concernant le diptyque Bankgreen:
il faut bien sûr le lire dans son intégralité (Bankgreen puis Elbrön, dans cet ordre), si vous souhaitez au moins y comprendre quelque chose.